Tanganyika : Le Gouverneur intérimaire SAMBA KAYABALA Mony conduit le Ministre des droits humains à la prison centrale de Kalemie

Tanganyika : Le Gouverneur intérimaire SAMBA KAYABALA Mony conduit le Ministre des droits humains à la prison centrale de Kalemie

Après la cérémonie du lancement officiel des consultations populaires sur la justice transitionnelle, le Gouverneur intérimaire SAMBA KAYABALA Mony a conduit le Ministre national de droits humains ainsi que la délégation du bureau conjoint des Nations-Unies au droit de l’homme à la prison centrale de Kalemie pour un état de lieu.

Surplace à la prison centrale de Kalemie, le Gouverneur SAMBA a été ovationné par les détenus de cette maison pénitentiaire reconnaissant les multiples actes d’assistance qu’il a toujours signé en leur faveur .

Introduisant le Ministre de droits humains, le Gouverneur a brossé la situation de cette prison construite en 1929 .

Construite pour une capacité initiale de 250 détenus, la prison centrale de Kalemie compte à ce jour près de 1000 pensionnaires dont plus de 600 détentions préventives attendant leur condamnation.

Le Ministre de droits humains Albert Fabrice PWELA a échangé en quelques minutes avec les détenus, leur transmettant les salutations distinguées de son excellence monsieur Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la République et Chef de L’Etat .

Albert Fabrice PWELA a pris connaissance de nombreuses difficultés auxquelles est confrontée la prison centrale de Kalemie notamment sur le plan de l’alimentation des prisonniers et de la vétusté de l’infrastructure.

Il a par cette occasion félicité le Gouverneur de province pour l’intérêt qu’il accorde à ces compatriotes incarcérés pour leur rééducation.
Sur le champ il a écouté quelques prisonniers et promis d’en discuter avec sa collègue de la justice afin d’accélérer la machine judiciaire de manière à libérer les prisonniers ayant écoulé leur peine et ceux éligibles aux différentes mesures de grâce présidentielle.

Albert Fabrice PWELA a par cette occasion promis aux 7 femmes encore présentes dans la prison de faire un plaidoyer en leur faveur pour tenter d’obtenir la libération de certaines d’entre elles à l’occasion du mois de la femme en cours .

Signalons que parmi les difficultés soulevées par ces détenus, figurent également le manque de produits pharmaceutiques pour le traitement de base des détenus en souffrance et la non adaptation au régime alimentaire par les détenus de la communauté Twa.
L’autorité provinciale a promis d’en pourvoir dans un délai raisonnable.

MKM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monmedia.net

GRATUIT
VOIR